logo aide addiction
Prendre rdv

Qu’est-ce que l’addiction ?

« Allez, une dernière fois et puis après j’arrête, promis ! » et finalement vous y retournez le lendemain, quelques jours ou quelques semaines plus tard

« Je suis obsédé ou je pense souvent à mon addiction quand je suis au travail, ou seul, ou chez moi le soir »

« Je vois de moins en moins mes amis, je suis moins efficace au travail ou je suis moins présent pour ma famille… mon addiction occupe une place de plus en plus importante dans ma vie »

« Je me sens triste ou nerveux quand je ne peux pas pratiquer mon addiction »

« Quand j’ai l’occasion de pratiquer mon addiction, c’est impossible ou très difficile pour moi de résister. C’est plus fort que moi je ne peux pas m’en empêcher ».

« Je me sens bien ou soulagé quand je peux enfin pratiquer mon addiction »

« J’ai du mal à me contrôler et à m’arrêter quand je pratique mon addiction »

« Je me sens coupable, honteux, triste, déprimé, en colère ou nerveux après avoir pratiqué mon addiction »

Tout le monde ne devient pas « accro » du jour au lendemain, au premier contact avec un comportement ou avec une drogue : l’addiction est un processus plus ou moins rapide, qui voit les individus augmenter progressivement la fréquence et la quantité de leur consommation de sexe, de jeux d’argent ou vidéo, d’achats, de drogues ou d’alcool… Ce besoin difficilement contrôlable, se poursuit et finit par être envahissant malgré les conséquences négatives. L’addict souffre : des ressentis de déprime, de honte, d’anxiété, de stress apparaissent suite au comportement addictif.

Qu’est-ce qui se passe dans ma tête ?

Dans mon cerveau

Les addictions comportementales telles que le jeu pathologique ou l’hypersexualité font appel aux mêmes stimuli que la prise de substances psychoactives sur le cerveau de l’individu dépendant : le plaisir et le soulagement éprouvés lorsque l’activité est pratiquée sont les mêmes que lors de la consommation de substances. A partir du moment où l’individu n’arrive pas à maîtriser la pratique de l’activité et souffre quand il fait autre chose que cela, on est bien dans un cas d’addiction. Alors, la mémorisation et la simple anticipation mentale de l’expérience, de son contexte, de son environnement ou des personnes liées à sa pratique stimulent les neurones impliqués dans le système de récompense.

Dans mes pensées

Une même situation peut susciter des émotions différentes, en réponse à une interprétation différente de la situation, c’est à dire des pensées différentes. Ce sont nos pensées qui vont déterminer nos comportements.

Quelles sont les causes ?

On retrouve chez les addicts, un cycle addictif qui s’intensifie à chaque répétition du comportement problématique envahissant progressivement toute la vie de l’individu. Ce cycle addictif, aussi appelé boucle renforçatrice, peut être initié et maintenu par des facteurs de risque et de vulnérabilités.

Quelles sont les solutions ?

L’addiction est « une bouée de sauvetage pour éviter de couler » face à des problèmes divers de la vie ordinaire. Elle permet de lutter contre l’ennui, la tristesse, la colère, la joie, ou dès qu’une situation ébranle la personne elle utilise son addiction pour se calmer, se distraire, pour remplir son temps, pour éviter de se confronter à des problèmes, pour se libérer la tête… Cet objet « doudou » est tellement utile pour certains d’entre nous que chaque manque de l’objet (sexe par exemple) est insupportable, rend nerveux, agressif et surtout rend obligatoire l’utilisation immédiate de moyens cachés, mensonges pour retrouver à tout prix l’objet addict. Ainsi le cercle vicieux de l’addiction s’installe, devient incontrôlable et source de souffrance. La thérapie cognitive et comportementale vous aide à trouver des solutions pour sortir de cette spirale infernale et retrouver une liberté.

La thérapie cognitive et comportementale est une méthode d’analyse et de traitement qui a montré son efficacité, comme traitement unique et/ou d’appoint dans de nombreuses indications comme la dépression, les troubles anxieux, les états de stress, la bipolarité, et l’ADDICTION.

Les outils et exercices proposés au cours de cette thérapie permettent :

• Le contrôle ou la suppression du comportement addictif.

• La gestion des situations déclenchantes.

• La gestion des émotions.

• Le contrôle des pensées obsessionnelles liées à l’addiction

• La gestion des conséquences de la conduite addictive et des facteurs de rechute.

• La prise en charge des problèmes associés, manque d’estime de soi, crises conjugales, traumatismes passés, troubles sexuels.